Association Française de Rhinologie (AFR)

L’ASSOCIATION FRANÇAISE DE RHINOLOGIE (AFR)
A POUR BUT DE PROMOUVOIR LES INFORMATIONS SUR LA RHINOLOGIE

Elle émet des recommandations pour les pratiques cliniques, chirurgicales et radiologiques.

Elle organise des réunions de Printemps pendant lesquelles sont déterminées les informations à diffuser lors des différents congrès. Cet échange est ouvert à tous les membres de l’AFR.

PRISE EN CHARGE DE LA RHINITE CHRONIQUE

DÉFINITION DE LA RHINITE CHRONIQUE

D’un commun accord, le groupe de travail a défini les rhinites chroniques comme des atteintes chroniques non mécaniques des structures nasales (muqueuse et éléments associés) à l’exclusion des atteintes infectieuses des structures sinusiennes.

La durée de l’atteinte chronique a été établie à une période d’au moins 12 semaines consécutives ou non par an.

CLASSIFICATION / NOSOLOGIE

La classification des rhinites chroniques a été établie par le groupe de travail à partir du mécanisme supposé à l’origine du trouble nasal. Deux grandes familles ont été distinguées : les rhinites allergiques IgE-dépendantes et les rhinites non allergiques.

Pour les rhinites non allergiques, la répartition s’est faite en deux groupes : les rhinites inflammatoires, les rhinites non inflammatoires.

Les rhinites intriquées (mixtes) correspondent aux rhinites pour lesquelles plusieurs mécanismes sont à l’origine du trouble nasal (allergie, irritant, inflammation neurogène…).

Les manifestations rhinologiques de maladies systémiques (sarcoïdose, Wegener, VIH, lymphomes…) ne font pas l’objet de cette recommandation.

RHINOPLASTIE ESTHÉTIQUE ET FONCTIONNELLE

La demande de modification morphologique du nez est une des plus difficiles à satisfaire car le cahier des charges est complexe. Les problèmes techniques fonctionnels et psychologiques s’accumulent.

Les recommandations émises par le groupe de travail répondent aux questions suivantes :

Articles Liés:  Le café pourrait réduire le risque de dysfonction érectile

• Comment appréhender avec justesse le projet chirurgical ?

• Comment intégrer correctement ce projet dans le contexte réglementaire actuel ?

• Quand et comment contre indiquer une rhinoplastie ?

• Comment gérer de manière optimum les suites opératoires ?

• Quels matériaux utiliser dans les rhinoplasties d’augmentation ?

Les recommandations énoncées s’appuient d’une part sur une analyse critique de la littérature quand des réponses claires se dégagent ; d’autre part sur un consensus au sein du groupe de travail lorsque la littérature reste imprécise, confuse ou muette sur des questions incontournables.

DÉFINITIONS DES RHINOPLASTIES

Le terme de rhinoplastie désigne une intervention modifiant l’aspect du nez avec une ambition qui peut être esthétique ou fonctionnelle respiratoire.

LA RHINOPLASTIE ESTHÉTIQUE

La rhinoplastie esthétique répond à une demande de changement morphologique ressenti comme une amélioration esthétique par le patient. Ce geste esthétique devra préserver la fonction.

La prise en charge financière est assumée par le patient et renvoie aux aspects réglementaires spécifiques de la chirurgie esthétique.

LA RHINOSEPTOPLASTIE FONCTIONNELLE

Le motif de la consultation est ici l’obstruction nasale et l’ensemble des signes corrélés à cette dysperméabilité. Le patient doit être informé qu’une intervention à visée purement fonctionnelle pourra avoir des conséquences morphologiques, positives ou négatives.

LA SEPTORHINOPLASTIE MIXTE ESTHÉTIQUE ET FONCTIONNELLE

La combinaison des deux types de rhinoplasties est la plupart du temps possible.

L’interrogatoire, l’examen clinique et les examens complémentaires éventuels peuvent permettre de clarifier les motivations réelles et la part respective des indications fonctionnelles ou esthétiques.