Efficacité et sécurité du citrate de sildénafil dans le traitement de la dysfonction érectile

Actuellement, il existe un assez grand nombre de méthodes efficaces de traitement médicamenteux de la dysfonction érectile (DE). Le choix de la méthode de traitement est déterminé par son caractère invasif. En cas d’efficacité insuffisante d’une technique moins invasive, ils passent à une technique plus invasive. Ainsi, la plupart des cliniciens commencent le traitement avec des inhibiteurs oraux de la phosphodiestérase de type 5 (PDE-5), qui échouent avec des injections intra-caverneuses ou des dispositifs à vide. Un traitement combiné est également possible. Avec l’inefficacité de telles méthodes, il est possible de réaliser une intervention chirurgicale (falloprothèse).

Le sildénafil est le premier inhibiteur de la PDE-5

Les inhibiteurs de la PDE-5 sont des médicaments oraux très efficaces et sûrs pour le traitement de la dysfonction érectile et sont recommandés comme traitement de première intention. Le nombre de patients prenant ces médicaments continue d’augmenter parallèlement à l’augmentation de la prévalence de la DE.

En 1998, le sildénafil a été approuvé pour une utilisation clinique. Ce moment n’était pas seulement un point de départ pour l’existence d’un autre médicament sur le marché pharmacologique. Cela s’est avéré être le début d’une nouvelle ère dans le domaine de la médecine sexuelle, marquée par une véritable percée dans les domaines fondamentaux et cliniques, ainsi que dans la perception publique de la pathologie sexuelle.

Le sildénafil est devenu le premier traitement oral efficace et sûr pour la dysfonction érectile. L’histoire de la découverte du sildénafil a été précédée par l’accumulation de connaissances sur le rôle de l’oxyde nitrique pour assurer l’état fonctionnel normal du système cardiovasculaire, qui a été initiée par R.F. Furchgott et J.V. Zawadski. Néanmoins, l’utilisation actuelle du médicament comme traitement de la dysfonction érectile est un exemple de la façon dont une observation accidentelle peut avoir un impact énorme sur le cours du progrès scientifique. Au cours d’essais cliniques sur les propriétés anti-angineuses du sildénafil, les chercheurs ont noté que bien que la prise du médicament ne s’accompagne pas d’une amélioration clinique significative au cours de l’angine de poitrine, chez de nombreux patients, elle conduit au développement d’une sorte d ‘”effet secondaire ” qui consiste à améliorer la fonction érectile. Cette observation a été la raison d’une étude plus approfondie de la possibilité d’utiliser cette substance dans le traitement de la dysfonction érectile.

La découverte du sildénafil, un inhibiteur sélectif de la PDE-5, a conduit à de nombreuses études fondamentales qui ont montré que ce type particulier d’enzyme domine dans le tissu caverneux, ce qui assure la sélectivité du médicament. Il est à noter que ces études ont également permis d’élucider les mécanismes d’action d’autres médicaments utilisés de longue date en pratique clinique, notamment la papavérine et la prostaglandine E1, et d’approfondir significativement les connaissances sur le mécanisme de l’érection et de la ses perturbations conduisant à la dysfonction érectile.

L’apparition du sildénafil a également eu une grande influence sur la recherche clinique dans le domaine de la médecine sexuelle. Ces dernières années, la terminologie a été clarifiée, de nouvelles définitions de diverses formes de troubles sexuels ont été élaborées. Les essais cliniques du sildénafil ont stimulé la création de nouveaux journaux et questionnaires pour évaluer l’état de la fonction sexuelle masculine. L’analyse de la démographie des participants aux essais cliniques à grande échelle a révélé des facteurs de risque de dysfonction érectile, qui, à leur tour, ont contribué à comprendre sa pathogenèse.

L’apparition du sildénafil a provoqué un énorme tollé public. Un grand nombre de patients atteints de dysfonction érectile, qui n’avaient jamais consulté de médecin, ont reçu l’espoir d’une restauration de la fonction sexuelle et, jusqu’à présent, des millions d’hommes dans le monde ont retrouvé une vie sexuelle normale grâce à l’utilisation de ce médicament.

La dose du médicament est sélectionnée par titration, en commençant par 50 mg, suivie d’un changement de dose (soit une diminution à 25 mg, soit une augmentation à 100 mg), en fonction de l’effet et de la tolérance. Le sildénafil est pris 1 p./jour, 1 heure avant le rapport sexuel prévu. L’effet du médicament commence 40 à 60 minutes après l’administration et dure 3 à 5 heures.Il est important de noter que le médicament lui-même ne provoque pas d’érection et qu’une stimulation sexuelle est nécessaire pour commencer son action.

Le sildénafil est contre-indiqué chez les patients prenant des nitrates, les patients souffrant d’hypotension, d’insuffisance hépatique sévère (le médicament est métabolisé par le cytochrome hépatique P450 3A4) et de rétinopathie pigmentaire.

L’efficacité clinique du sildénafil a été évaluée dans de nombreuses études menées à travers le monde. S.S. Carson et al. ont regroupé les données de 11 études en double aveugle contrôlées par placebo qui ont inclus un total de près de 3 000 patients atteints de dysfonction érectile. Après 12 semaines après le début de la prise du médicament, une amélioration de l’érection a été notée par 76% des hommes qui ont reçu du sildénafil et 22% de ceux qui ont reçu un placebo, tandis que le pourcentage de tentatives réussies d’avoir des rapports sexuels était de 66 et 26% dans la 1ère et la 2e groupes, respectivement. L’efficacité des différentes doses de sildénafil était de 65 % pour 25 mg, 74 % pour 50 mg, 82 % pour 100 mg. La grande efficacité du sildénafil a été notée dans différents groupes d’âge. Ainsi, chez les patients de moins de 65 ans et de plus de 65 ans, l’efficacité du sildénafil était de 77,6 et 69,2 %, respectivement. Une efficacité significativement plus élevée du sildénafil par rapport à celle du placebo a également été observée chez les patients atteints de dysfonction érectile de gravité et d’étiologie variables.

L’utilisation du sildénafil dans des catégories particulières de patients atteints de dysfonction érectile

L’hypertension artérielle (AH) est connue pour être l’un des facteurs de risque de DE. Bien que le sildénafil ait un certain effet antihypertenseur, ce médicament est sans danger chez les patients souffrant d’hypertension, qu’ils reçoivent ou non des médicaments antihypertenseurs. L’efficacité du sildénafil chez les patients atteints de dysfonction érectile, souffrant d’hypertension, est élevée. Chez les patients hypertendus d’origines diverses, la prise de placebo et de sildénafil s’est accompagnée d’une amélioration de l’érection chez respectivement 18 et 70 % des patients. Parmi les hommes ayant pris 2 antihypertenseurs ou plus, ces chiffres étaient de 17,6 et 71 %.

Un autre facteur de risque bien connu de la dysfonction érectile est le tabagisme. L’efficacité du sildénafil chez les fumeurs n’était pas inférieure à celle chez les non-fumeurs (80 et 74 %, respectivement).

De nombreuses études épidémiologiques ont montré que la dépression est la deuxième cause la plus fréquente de DE après les facteurs de risque cardiovasculaire. De plus, la présence de DE exacerbe les symptômes dépressifs. Le traitement par le sildénafil était non seulement très efficace chez les patients souffrant de dépression en termes d’amélioration de la fonction érectile, mais s’accompagnait également d’une diminution de la sévérité des symptômes dépressifs.

Diverses maladies neurologiques, comme mentionné ci-dessus, peuvent également être la cause de la dysfonction érectile. Selon les études, l’efficacité du sildénafil chez les patients atteints de parkinsonisme, de sclérose en plaques et de lésions de la moelle épinière dépasse 80%, ce qui correspond aux données obtenues dans la population générale des patients atteints de DE.

Des groupes particuliers de patients atteints de dysfonction érectile, difficiles à traiter, sont les patients atteints de diabète sucré (DM) et les patients ayant subi une prostatectomie radicale (RP).

Chez les patients diabétiques, l’efficacité du sildénafil dépend de la gravité de la maladie sous-jacente et de la présence de ses complications. Ainsi, dans l’étude de S.S. Carson et al. parmi les patients diabétiques sans complications, une amélioration de l’érection a été notée par 8% des patients ayant reçu le placebo et 69% des patients ayant reçu le sildénafil. En présence d’une complication, ces chiffres étaient respectivement de 12 et 43 % et de 2 – 10 et 43 %. Dans tous les groupes, l’efficacité du sildénafil était significativement supérieure à celle du placebo.

Articles Liés:  Le café pourrait réduire le risque de dysfonction érectile

L’efficacité du traitement de la dysfonction érectile après la PR est déterminée par un certain nombre de facteurs. Selon R. Raina et al., le traitement au sildénafil a été efficace chez 71,7 % des patients après une PR bilatérale épargnant les nerfs, chez 50 % après une PR unilatérale avec épargne nerveuse et seulement chez 15 % des patients atteints de DE après une PR non épargnant les nerfs. chirurgie.

De plus, une caractéristique de l’évolution de la dysfonction érectile chez ces patients est la possibilité d’une amélioration progressive de l’érection jusqu’à 4 ans après la chirurgie, et on ne peut donc enfin juger de l’inefficacité d’une méthode de traitement particulière que quelques années après la chirurgie. Ceci est confirmé par les données d’une enquête auprès de 316 patients atteints de dysfonction érectile après RP, qui dans 95% des cas avaient un caractère bilatéral épargnant les nerfs. L’efficacité du sildénafil était de 26% au cours des 6 premiers mois, 36% – dans la période de 6 à 12 mois, 50% – de 12 à 18 mois, 60% – de 18 à 24 mois. après opération.

Analyse de l’efficacité et de la tolérance du sildénafil

Malgré la grande efficacité du sildénafil, il existe un certain nombre de patients chez qui la prise de ce médicament n’entraîne pas d’amélioration de l’érection. Dans de nombreux cas, cela est dû à une mauvaise médication. Il doit être conseillé aux patients, en particulier au début du traitement, de prendre le sildénafil à jeun au moins 30 minutes avant l’activité sexuelle. Il est également important d’expliquer aux patients que l’effet du médicament ne se développe que dans le contexte d’une excitation sexuelle adéquate et en dépend largement. Dans de nombreux cas, le traitement doit être démarré avec 100 mg, ce qui vous permettra d’obtenir la réponse maximale dès le début du traitement et d’inspirer aux patients la confiance dans son succès. De plus, des études ont montré que chez certains patients, l’effet maximal du sildénafil est atteint par 6 à 8 doses et, par conséquent, chez de nombreux patients, l’évaluation finale de l’efficacité du médicament doit être effectuée après plusieurs tentatives d’utilisation.

Il convient de noter les travaux d’A. Eisenhardt et al., qui ont découvert que l’efficacité clinique du sildénafil dépend de facteurs génétiques. Lors de l’analyse de la relation entre le polymorphisme des gènes GNB3 C825T et ACE I / D, il a été constaté que dans le groupe des porteurs de l’allèle GNB3 825C, le sildénafil n’était efficace que chez 50% des hommes, alors que ce chiffre dépassait 90% chez les propriétaires du génotype TT. Des résultats similaires ont été obtenus en ce qui concerne le polymorphisme ACE I/D : parmi les porteurs de l’allèle ACE D, l’efficacité du sildénafil n’a pas dépassé 50 %, tandis que chez les hommes de génotype II, elle était de 75 %.

L’efficacité à long terme du sildénafil a également été étudiée par Montorsi et al., qui ont interrogé 2618 patients qui ont pris le médicament pendant 3 ans. En général, 96 % de ces patients étaient satisfaits du traitement, et seulement 1,6 % l’ont arrêté en raison d’une faible efficacité. Les 2,4 % de patients restants ont arrêté le médicament pour d’autres raisons. Les études de laboratoire n’ont pas confirmé l’existence d’un effet de tachyphylaxie lors de la prise de sildénafil.

Une caractéristique importante de tout médicament pharmacologique est ses effets secondaires. Les effets indésirables les plus fréquents lors de la prise de sildénafil sont les maux de tête (7%), les bouffées vasomotrices (7%), les étourdissements (2%), la dyspepsie (1,8%), la congestion nasale (1,4%) et les troubles visuels, généralement sous la forme de bleuissement des objets (1,2 %).

Il convient également de noter que la fréquence des effets secondaires diminue au fur et à mesure que le médicament est pris. Ainsi, dans l’étude de S.S. Carson, la fréquence de tous les effets secondaires, à l’exception de la déficience visuelle et des troubles dyspeptiques, a diminué pendant la période de prise du médicament. Des maux de tête au début de l’étude ont été notés par 7 % des patients atteints de dysfonction érectile, et après 16 semaines. – moins de 1 %, la fréquence des étourdissements a également diminué de 7 % à moins de 1 %, et la congestion nasale de 1,4 % à moins de 0,5 %. Une circonstance importante est également le fait que 2/3 des patients au cours de cette étude ont augmenté la dose de sildénafil. Ainsi, avec une utilisation à long terme, la fréquence de la plupart des effets secondaires du sildénafil ne dépasse pas celle du placebo.

Il existe un intérêt croissant pour la possibilité d’utiliser le sildénafil pour diverses maladies, en plus de la dysfonction érectile. Dans une étude de K. Sairam et al. ont évalué l’effet du sildénafil sur la sévérité des troubles de la miction chez les patients atteints de dysfonction érectile. Après 1 et 3 mois. après le début du traitement, il y avait une diminution significative de la sévérité des symptômes de dysfonctionnement des voies urinaires inférieures, qui s’accompagnait d’une amélioration de la fonction érectile.

La réception du sildénafil entraîne une amélioration de l’état des patients souffrant d’hypertension pulmonaire primaire et secondaire. Une autre direction possible pour les recherches futures sur le sildénafil est l’utilisation de ce médicament dans le traitement de la dysfonction endothéliale.

Sécurité de l’activité sexuelle chez les patients atteints de maladies cardiovasculaires

Dans la plupart des cas, les rapports sexuels s’accompagnent d’une activité physique. Cela fait que certaines personnes, en particulier les hommes souffrant de maladies cardiovasculaires et leurs partenaires, s’inquiètent de la possibilité de développer diverses complications dues à l’activité sexuelle, pouvant entraîner une restriction ou un rejet complet de celle-ci. Ces craintes sont renforcées par des histoires de personnes célèbres dont la mort aurait eu lieu lors de rapports sexuels. Dans le même temps, les données de recherche montrent que le risque de complications cardiovasculaires chez les patients souffrant de pathologie cardiaque pendant et immédiatement après l’activité sexuelle, bien qu’il existe, est relativement faible. Par exemple, le risque de développer un infarctus du myocarde chez un homme de 50 ans en bonne santé dans un délai d’un an est de 1 %. En raison de l’activité sexuelle, ce risque augmente à 1,01 % chez un homme en bonne santé et à 1,1 % chez un homme avec un diagnostic confirmé de maladie coronarienne (CHD). Selon ces données, le risque absolu de développer des complications cardiovasculaires pour un homme en bonne santé est de 1 chance sur 1 million, ce chiffre passe à 2 chances sur 1 million dans les 2 heures suivant un rapport sexuel pour un homme en bonne santé et jusqu’à 20 chances sur 1 million pour un homme souffrant d’une cardiopathie ischémique.

Pendant les rapports sexuels, en moyenne, la fréquence cardiaque maximale d’un homme atteint 120-130 battements / min, tandis que la pression artérielle systolique s’élève à 150-180 mm Hg. De l’art. . Ces indicateurs ne durent que 3 à 5 minutes avec une durée moyenne des rapports sexuels de 5 à 15 minutes. Le niveau de stress sur le cœur est généralement exprimé en équivalents métaboliques (MET). Un MET correspond à un besoin énergétique exprimé en consommation d’oxygène au repos, soit 3,5 ml d’oxygène / 1 kg de poids corporel par minute. Dans la plupart des cas, lors d’une activité sexuelle avec un partenaire habituel, la charge est de 2-3 MET (avec une valeur maximale de 5-6 MET), en fonction de l’intensité et de la posture. Cela correspond à marcher 1,5 km en 20 minutes ou à monter 20 marches en 10 secondes. Tout ce qui précède indique que l’activité sexuelle dans des conditions habituelles et avec un partenaire familier ne représente pas un plus grand danger pour un homme en bonne santé et un patient atteint de maladie coronarienne que diverses formes d’activité physique quotidienne.

Articles Liés:  Andropause

Afin d’uniformiser l’évaluation du risque cardiaque chez les hommes coronariens qui reprennent une activité sexuelle, plusieurs recommandations ont été créées, dont la plus connue est la Princeton Guidelines. Conformément à ces recommandations, tous les patients sont répartis en 3 groupes de risque en fonction du nombre de facteurs de risque coronariens qu’ils présentent et/ou de la gravité de la pathologie cardiovasculaire. La plupart des patients appartiennent au groupe à faible risque et n’ont pas besoin d’examen cardiaque supplémentaire avant de reprendre une activité sexuelle, qui ne présente aucun danger pour eux. Les patients du groupe à risque intermédiaire nécessitent un examen cardiaque supplémentaire, après quoi ils sont référés au groupe à risque faible ou élevé. Les patients du groupe à haut risque ont une pathologie cardiovasculaire sévère, accompagnée d’une insuffisance cardiaque sévère. Ces patients ont besoin d’un traitement spécialisé, après quoi la question du degré de danger pour eux de l’activité sexuelle est à nouveau examinée.

Modifications de l’activité électrique caverneuse et de l’hémodynamique du pénis pendant le traitement par le sildénafil

Pour évaluer l’effet du sildénafil sur l’activité électrique caverneuse et l’hémodynamique du pénis, nous avons mené notre propre étude. 291 patients atteints de DE d’étiologies diverses âgés de 21 à 73 ans (moyenne 59,1 ± 14,7 ans) après un examen comprenant un questionnaire d’évaluation de la santé sexuelle masculine (International Index of Erectile Function (IIEF)), une pharmacodopplerographie (FDG) et une électromyographie (EMG ) du pénis ont été divisés en groupes comparables en termes d’âge, de gravité, d’étiologie présumée et de pathogenèse de la dysfonction érectile. Le groupe sildénafil comprenait 81 patients qui ont pris 25 à 100 mg de sildénafil 1 heure avant les rapports sexuels pendant 6 mois. L’examen de contrôle, qui a été effectué sur une base mensuelle, comprenait une enquête IIEF, FDG et EMG du pénis.

L’indicateur “fonction érectile” IIEF dans le traitement par le sildénafil a augmenté de 61,7 % (p<0,05). Dans le FDG après traitement au sildénafil, la vitesse systolique maximale dans les artères caverneuses et l’indice de résistance ont augmenté de 16,1 et 34,6 %, respectivement (p<0,05). La vélocité télédiastolique a significativement diminué de 27,2 % (p<0,05). Dans l’EMG du pénis pendant le traitement par le sildénafil, la proportion de courbes EMG normo-réflexes a augmenté de 43,2 % et le nombre de courbes EMG réflexes a significativement diminué de 73,2 % (p<0,05).

Ainsi, selon les résultats du FDG, le sildénafil a un effet à la fois sur le flux sanguin artériel et veineux dans le pénis, ce qui le rend indiqué en premier lieu pour la DE vasculogénique. L’EMG a montré une amélioration de l’activité électrique caverneuse pendant le traitement au sildénafil, apparemment due à une amélioration de l’hémodynamique du pénis et de l’oxygénation du tissu caverneux. De plus, selon les résultats de l’enquête ICEF, le sildénafil donne un effet de réhabilitation rapide et stable.

Nouvelles préparations de sildénafil

Le marché pharmaceutique est représenté non seulement par le sildénafil original, mais également par les soi-disant génériques, dont l’un est le médicament Dynamico.

Les préférences des patients lors du choix des médicaments sont influencées par de nombreux facteurs, notamment l’efficacité, la qualité des érections, la persistance de l’amélioration, la rapidité d’apparition et la durée du médicament, ainsi qu’une gamme d’effets secondaires. L’efficacité et la sécurité sont les facteurs les plus importants déterminant la préférence du patient. Les résultats de la recherche montrent que l’efficacité clinique de Dynamico est comparable à celle du médicament original. De plus, la fréquence des effets secondaires (maux de tête, bouffées vasomotrices) était encore plus faible que celle des autres préparations de sildénafil. Ceci est très important pour les patients qui ont subi des événements indésirables pendant le traitement. Le médicament Dynamico procure une érection de qualité avec un minimum d’effets secondaires et n’est ni addictif ni addictif.

L’apparition sur le marché de nouveaux médicaments efficaces et sûrs pouvant améliorer la qualité de vie des patients atteints de DE diversifie l’arsenal thérapeutique de l’urologue-andrologue et permet d’augmenter le nombre de patients satisfaits d’un tel traitement.

Conclusion

L’efficacité clinique du sildénafil a été évaluée dans un grand nombre d’études menées dans de nombreux pays à travers le monde. La prise du médicament entraîne une amélioration de la fonction érectile chez des patients d’âges différents, quelles que soient l’étiologie, la gravité et la durée de la dysfonction érectile. L’efficacité du médicament est à long terme. Le sildénafil affecte à la fois le flux sanguin artériel et veineux dans le pénis, de sorte que le médicament est également indiqué pour la dysfonction érectile vasculogénique. Dans le traitement par le sildénafil, on observe une amélioration de l’activité électrique caverneuse, ce qui justifie son utilisation dans les DE neurogènes. Selon les résultats de l’enquête ICEF, le sildénafil donne un effet thérapeutique rapide et durable. L’efficacité et la sécurité du sildénafil sont jugées bonnes. Qu’il soit utilisé à court ou à long terme, le sildénafil ne provoque pas de dépendance ni d’accoutumance.

Littérature:

  1. Wespes E., Amar E., Hatzichristou D. et al. Lignes directrices de l’EAU sur la dysfonction érectile : une mise à jour // Eur Urol. 2006 Vol. 49. R. 806-815.
  2. Furchgott R.F., Zawadski J.V. Le rôle obligatoire des cellules endothéliales dans la relaxation du muscle lisse artériel par l’acétylcholine // Nature. 1980 Vol. 288. R. 373–376.
  3. Krane R.J. Changements dans la thérapie ED à l’ère du Viagra // World J Urol. 2001 Vol. 19. R. 23–24.
  4. Carson C.C., Burnett A.L., Levine L.A., Nehra A. L’efficacité du citrate de sildénafil (Viagra) chez les patients souffrant de dysfonction érectile // Urologie. 2002 Vol. 60. R. 12–27.
  5. Vandi Y., Klein L., Nassar S. et al. Effets du citrate de sildénafil sur la tension artérielle chez les hommes normotendus et hypertendus // Urologie. 2002 Vol. 59. R. 747–752.
  6. Kloner R.A., Brown M., Prisant L.M. et coll. Effets du sildénafil chez les patients atteints de dysfonction érectile prenant un traitement antihypertenseur. Groupe d’étude sur le sildénafil // Am 1 Hypertens. 2001 Vol. 14. R. 70–73.
  7. Numberg H.G., Seidman S.N., Gelenberg A.J. et coll. Dépression, thérapies antidépressives et dysfonction érectile : essais cliniques sur le citrate de sildénafil (Viagra) chez des patients traités et non traités souffrant de dépression // Urologie. 2002 Vol. 60. R. 58–66.
  8. Fowler C.J., Miller J.R., Sharief M.K. et coll. Une étude randomisée en double aveugle sur le citrate de sildénafil pour la dysfonction érectile chez les hommes atteints de sclérose en plaques // J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2005 Vol. 76. R. 700-705.
  9. Raina R., Laken M.M., Agarwal A. et al. Effet à long terme du citrate de sildénafil sur la dysfonction érectile après prostatectomie radicale : un suivi de 3 ans // Urologie. 2003 Vol. 62. R. 110-115.
  10. Begg C.B., Riedel E.R., Bach P.B. et coll. Variations de la morbidité après prostatectomie radicale // N Engl J Med. 2002 Vol. 346. R. 1138-1144.
  11. McCullough A.R., Barada J.H., Fawzy A. et al. Atteindre l’optimisation du traitement avec le citrate de sildénafil chez les patients ayant une fonction érectile // Urologie. 2002 Vol. 60. R. 28–37.
  12. Eisenhardt A., Siffert W. Facteurs de risque génétiques de la dysfonction érectile et déterminants génétiques de la réponse aux médicaments – sur la voie d’une amélioration de la sécurité des médicaments ? // Herz. 2003 Vol. 28. R. 304-313.
  13. Steers W.D. Tachyphylaxie et inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 // J Urol. 2002 Vol. 168. R. 207-209.
  14. Carson CC Traitement au citrate de sildénafil pour la dysfonction érectile : le taux d’événements indésirables diminue avec le temps // J Urol. 2002 Vol. 167 (supplément). R. 179–183.
  15. Sariam K., Kulinsbaya E., McNicholas T.A. et coll. Le sildénafil influence les symptômes des voies urinaires inférieures // BIU Int. 2002 Vol. 90. R. 836–839.
  16. Nehra A., Jackson G., Miner M. et al. Les recommandations du Princeton III Consensus pour la prise en charge de la dysfonction érectile et des maladies cardiovasculaires // Mayo Clin Proc. 2012. Vol. 87(8). R. 766–778.